Suivez le guide

Interfaces

Agents

Communautés digitales

Réalité mixte

Art et technologie

Perspectives

Adieu Japon!

Perspectives

Remarques d'ordre général et leçons à tirer de cette mission

La première chose qui frappe est l'ampleur des moyens mis en oeuvre dans les différentes équipes rencontrées, que ce soit dans le monde commercial, académique, ou même artistique. La réalité virtuelle est prise très au sérieux au Japon! Le fait que les japonais y voient un débouché nouveau pour tous ces "gadgets" électroniques qu'ils savent si bien faire n'y est certainement pas étranger (voir Canon et Mixed Reality Systems Labs dans la partie Réalité mixte).

Autre omniprésence frappante: celle de la compagnie de téléphone NTT. Compagnie d'état jusqu'à il y a peu de temps, elle a été mise en bourse il y a quelques années. Tous les dividendes perçus par l'état japonais, sont "réinvestis" dans le financement d'actions technologiques innovantes; c'est le cas pour 70% du financement d'ATR et de 50,1% de MRT. Un exemple à suivre? NTT encore: saviez-vous que tous les téléphones publics au Japon sont munis d'une prise pour brancher votre modem et d'une prise RNIS!

Souvent le but des projets n'est pas la recherche fondamentale (même dans les universités), mais plutôt la réalisation de prototypes (souvent hardware d'ailleurs) en utilisant des techniques relativement éprouvées. Néamoins il ne s'agit pas de recherche appliquée au sens européen du terme. En effet il n'y a souvent pas de finalité applicative clairement identifiée.

La structure organisationnelle des projets est souvent très horizontale (multi-disciplinaire) avec une structure centrée autour du chef de projet. Notons également un cloisonnement assez fort entre les différents projets (confirmé par les japonais eux-mêmes).

En ce qui concerne la réalité virtuelle, nous avons constaté dans quasiment tous les labos une interaction forte entre informaticiens, artistes, psychologues et physiologues. La réalité virtuelle est considérée au Japon comme un domaine mixte à vocation finale grand public.

Possibilités de collaboration

Deux centres nous semblent particulièrement attractifs pour des chercheurs ou post-docs français qui voudraient passer un an ou deux au Japon (le premier nous ayant même signalé explicitement leur désir de recevoir des chercheurs français):

Ces deux centres ont d'ailleurs été, en dehors des musées, les points les plus forts de notre visite au Japon. L'extraordinaire profusion de moyens dont ils disposent n'y est certainement pas étrangère.

Un autre centre que nous n'avons pas eu l'occasion de visiter car il vient tout juste d'ouvrir est celui de l'université de Gifu:

Là encore tout semble être mis en oeuvre pour faire de la réalité virtuelle une réalité tangible dans le monde de demain. Voilà pour vous en convaincre et en guise de conclusion de ce voyage la note d'accueil du président de ce centre:

The virtual reality technology is considered to be a focus of the generic technology of the coming 21st century. The goal of the laboratory is to make a contribution toward the global developments using the VR technology. At the same time, we are seeking to revitalize local industries and foster excellent experts through venture-oriented research and development in VR.

Further advances of Japan's industries heavily depend on creation of the new products which are knowledge-intensive, creative and high-value-added. If you are to be creative, you should free yourselves of the conventional way of thinking and challenge with fresh ideas. You are consequently to be venturous.

In the light of that, it is essential for the society to introduce the paradigm which risk-taking spirit is highly evaluated and a failure is recoverable. I am convinced that universities should take an initiative to be venturous.

Haruhisa Kawasaki  

Remarques pratiques destinées à l'ambassade pour les missions futures:

  • Problème d'emploi du temps très chargé.
  • Transports trop importants
  • Très bon accueil des Japonais. Ouverture et contacts faciles.
  • Occidentalisation marquée.
  • Non actualité du "guide du missionaire" fourni par l'ambassade.
  • Ce type de visites courtes sont souvent peu intéressantes lorsque l'on connait déjà les équipes de recherche. Par contre, ceci est excellent pour découvrir d'autres pointeurs et prendre des contacts personnels.
Quant aux missionnaires eux-mêmes, ils ne devraient pas passer au Japon sans aller aussi découvrir ses merveilles du passé bien réelles celles-là:

Page précédente | Page suivante